Alesia Jura

Discutions - Questions-Réponses sur l'hypothèse jurassienne

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Bienvenue sur le Forum du site: alesiajura.fr - Ce forum s'adresse à un large public . C'est un espace de libre expression, dans une certaine limite, celle du respect et de la courtoisie

#1 10-07-2017 11:23:20

Asinus
Membre

''Good bye Alésia'' ou l'impossibilité de savoir où est Alésia

Comme nous l'avons signalé à la fin du récent topic ''Précis de questions...'', c'est d'un commun accord que nous stoppons nos questionnements au sujet des trois sites (et hypothèses donc) qui pour nous, semblent les plus intéressants sur la question Alésia, savoir :  Salins les Bains, Chaux des Crotenay et Guillon. Et Alaise ? nous rétorque un ami ; c'est vrai, et Alaise ?....   

En effet, ces sites sont très intéressants, mais quel est le bon site ? Où est Alésia ?  Le problème est que personne ne peut le savoir puisqu'il n'y a toujours pas de campagnes de fouilles archéo en bonne et due forme prévues, ni pour Chaux ni ailleurs.  Et nous pensons que le gel scientifique et administratif va encore durer longtemps. Il reste les avis personnels, les certitudes parfois, mais cela ne mène nul part sans la référence scientifique.

Le site de Salins les Bains, très atypique, fut âprement défendu par Richard Adam et nous l'avons retenu pour cela en premier lieu, mais quid ?.. ; celui de Chaux surprend, évidemment, tout comme celui de Guillon, ce dernier débarrassé de ses textes ''ésotérico mystiques'' sidérants. Il faut noter que Chaux et Guillon sont les seuls sites qui ont, à profusion sur leurs sols, des traces construites monumentales, Et que devient Alaise donc, qu'on a peut-être laissé tomber un peu vite ?

Aujourd'hui seule reste en lice la thèse d'André Berthier puisqu'il n'y a en effet plus personne pour défendre celle de Guillon, et si le professeur R. Adam a soutenu longtemps la thèse Jeandot, très maladroitement présentée, de Salins les Bains, qui pour la défendre aujourd'hui ? Qui pour défendre Alaise ? Et puis Alésia c'est l'état de guerre (des Gaules..) permanent  Il n'y a aucune place pour les débats constructifs avec le thème d'Alésia : tout le monde a raison, les autres ont forcément tort. Les forums - et la Presse quand elle a Alésia pour sujet- sont perclus d'agacements, de règlements de comptes, de diatribes, d'invectives. Hier c'était Alise contre Alaise, aujourd'hui c'est Chaux contre Alise et c'est sans fin.Pour nous cela n'a aucun sens. 

Nous rappelons que nous n'avons pas accepté, dans nos études, que la recherche soit très influencée par les textes postérieurs à César. Car il est patent que Dion Cassius et Plutarque - et d'autres auteurs -, sont interrogés à profit, souvent, dans un sens univoque quant à la Séquanie pour seule zone géographique. Nous avons privilégié les deux possibilités :  1/ les textes post césariens qui mettent Alésia en Séquanie 2/ le terrain, c'est à dire les sites les plus intéressants, et où qu'ils soient, en Séquanie ou en Bourgogne. Il nous parait aberrant de privilégier les textes au terrain, comme le terrain au détriment des textes d'ailleurs. Richard Adam va dans ce sens lorsqu'il écrit, dans la R.A.E, qu'André Berthier a trop limité la zone géographique de ses recherches et quelle devrait être plus expansée vers la Bourgogne; Notons que pour Adam, Alésia doit se trouver après le Revermont, ce qui est, soit paradoxal, soit une ouverture d'esprit qui, malgré sa préférence pour Salins les Bains, accepte de ratisser large quand même. Nous sommes d'accord.Les textes de César, ô combien importants sont primordiaux : il restent ambigus, interprétables. Justement, tous de les interpréter.   

Nous n'avons donc pas de préférence pour l'un de ces sites parce qu' il n'y a pas de matériaux archéologiques qui pèseraient à ce point dans la balance et qui forceraient l'adhésion pour l'un des trois sites empiriques - mâtiné d'un peu de sciences pour Chaux, mais sans l'aval des sciences, ce qui équivaut à quasi rien. On voudrait comprendre ces trois sites, mais on ne le peut pas. Chaque site offre de superbes choses mais aussi des difficultés.

Les collines de Chaux et de Guillon, Alésia ou pas, sont des oppida de toute évidence, tout comme celui de Salins les Bains, mais ce dernier site n'a rien de comparable en terme de traces construites. Chaux et Guillon sont des sites majeurs de la protohistoire - Bronze final assuré - puis Liaison Bronze-Fer, Hallstatt et la Tène sans aucun doute, sans doute aussi la Tène finale. Vu les artefacts trouvés dans ces deux sites, il est évident qu'ils étaient encore en activité jusqu'à la fin de l'indépendance gauloise, ce qui ne semble pas être le cas de Salins les Bains. Il est stupéfiant que ces deux sites majeurs de la protohistoire soient abandonnés par le Ministère de la Culture. On a aussi été surpris d'apprendre, puis de voir de nos yeux qu'une grande partie de la colline de Guillon sert de carrière pour les substrats autoroutiers. Un site protohistorique qui sert de carrière.. Et pourquoi fouiller la colline du Château de Salins depuis des années et pas celles de Chaux et de Guillon ?

''Good bye'' Alésia donc, pour reprendre le mot du plus jeune d'entre nous : on arrête de se poser des questions. Alésia est un gâchis. Est-ce parce que c'est une histoire typiquement gauloise ? ....  .....  ............

Le collectif.

Dernière modification par Asinus (23-07-2017 12:26:59)

Hors ligne

 

#2 15-07-2017 15:48:48

Luis
Membre

Re: ''Good bye Alésia'' ou l'impossibilité de savoir où est Alésia

Bien noté et à bientôt à Uxellodunum, Avaricum, Gergovia et... j'en oublie tant d'autres...

Hors ligne

 

#3 21-07-2017 09:16:47

Asinus
Membre

Re: ''Good bye Alésia'' ou l'impossibilité de savoir où est Alésia

Luis a écrit:

Bien noté et à bientôt à Uxellodunum, Avaricum, Gergovia et... j'en oublie tant d'autres...

Avaricum était peut-être sur Fenestrelay, la zone aujourd'hui commerciale de St Germain du Puy faisant jonction entre cette commune et  Bourges. Cette hypothèse d'André Berthier et de Jacques Berger reste la plus plausible. Plus plausible que le centre de Bourges (Cathédrale) qui semble ne pas donner satisfaction aux archéologues. La ville d'Avaricum serait, si l'hypothèse Berthier - Berger est bonne, réduite à plus rien au visuel sinon un plateau perclus d'enseignes commerciales, avec les marais de Souaires et Plamesouris au sud ( très net décrochage) les zones humides du Colin et du Langis au nord. Les travaux du siège étaient-ils à hauteur de la Sente A Rabot ? Était-ce là l'entrée principale d'Avaricum ? S'il n'y a pas de fouilles, cela restera l'hypothèse plausible, mais donc sans plus, hélas.

N B : Nous ne savons pas si l'hypothèse est de M.M Berthier et Berger seuls, ou si elle est plus ancienne, proposée par d'autres personnes.

Collectif

Dernière modification par Asinus (21-07-2017 16:47:35)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Créez Votre Propre Forum
Insérer vos Graphiques
Dictionnaires de Traduction
Hébergé par ForumCrea.com