Alesia Jura

Discutions - Questions-Réponses sur l'hypothèse jurassienne

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Bienvenue sur le Forum du site: alesiajura.fr - Ce forum s'adresse à un large public . C'est un espace de libre expression, dans une certaine limite, celle du respect et de la courtoisie

#1 21-03-2017 14:18:22

Orpin39
Membre

Postes d'observation gaulois

Luis dans un post du 22-02-2017 posait la question ci-dessous au mauvais endroit dans 'L'espace de toutes les discutions:

Qui répond à la question
" En quel endroit se poster pour observer à la fois la cavalerie (gauloise) s'approcher des fortifications de la plaine et l'approche des 60 000 soldats d'élite vers le camp supérieur nord" apporte la réponse.
Peut -elle se trouver au sommet des falaises des bois derrière Cornu?

La pointe nord du massif du Bois Derrière Cornu est constituée de plusieurs sommets offrant des replats favorables à l'établissement de postes d'observation, le plus élevé  considéré par André Berthier comme étant l'Arx, là où s'ouvre le gouffre dit Grande Cheminée, culmine à 775 m d'altitude, de là la vue sur le camp Nord (altitude 700 m) est très bonne, et l'on peut considérer qu'à l'époque il n'y avait pas de couvert forestier.
De cet endroit on voit aussi la plaine de Syam (550 m sur la plus large terrasse alluviale là ou l'on situerait le camp), sauf la base même de l'escarpement que cache un autre sommet inférieur avancé qui culmine à 550m et d'où l'on a une vue parfaite du pied de la montagne, et qui est assez proche de l'arx pour communiquer par des cris ou trompes.
De l'arx, qui surplombe par une falaise verticale le lieu-dit Pré Grillet, la vue sur le camp de cavalerie gauloise est aussi très bonne.

Hors ligne

 

#2 22-03-2017 16:53:38

Orpin39
Membre

Re: Postes d'observation gaulois

Asinus a écrit:

Bonjour Orpin39.

Ce que vous dîtes nous le voulons bien, certes, mais il faudra nous expliquer comment la cavalerie gauloise put arriver face au camp de la plaine vu qu'il n'y a apparemment qu'un étroit et long couloir pour y accéder en venant du nord. On ne voit pas par quel autre chemin la cavalerie gauloise aurait pu passer. Comme le montre les plans de D. Porte et de J. Berger (qui ensemble forment le quo non ulterius en 2017 des plans expliquant le site de Chaux) quasiment tout le site est sous contrôle romain sauf la trouée nord qui mène vers Syam depuis Bourg de Sirod.
Il ne semble pas possible que la cavalerie gauloise soit arrivée par le val de l'Ain entre lâ Croix Verjus et le Vaudioux. Par les hauteurs orientales entre Crans et Syam, cela nous semble également impossible, ou alors rien n'était sous contrôle romain, et là ces derniers étaient de vrais idiots, ce que nous ne croyons pas.

Il y a donc un problème d'accès à la plaine de Syam dans cette hypothèse, une fois le dispositif romain mis en place.

Nous voyons un autre problème : la surface du camp de Syam, très vaste camp qui semble prendre la moitié de la surface de cette plaine. Avec le passage de la Lemme, l'étroitesse des terrains entre celle-ci et les hauteurs du Vaudioux sans oublier les espaces pris en plus par les romains pour creuser leurs pièges (qu'on nomment aussi Défenses accessoires depuis Le Gall) nous voyons mal où une cavalerie peut s'y mouvoir et s'y battre. Resterait les Forges (de Syam), des espaces peu larges.

A moins que le camp de Syam fut plus petit ? A moins qu'il n'y ait pas eu de camp romain à Syam, mais un peu plus haut sur les élévations orientales. ?  Mais l'accès à la plaine, une fois le dispositif romain terminé, nous semble difficile. Seule la trouée entre Bourg de Sirod et Syam  serait possible ? Cela voudrait dire que la cavalerie gauloise se serait jetée dans la gueule du loup car il n'y a pas d'issue. le restant de la plaine de Syam est alors un cul de sac.

Le gros problème de l'hypothèse Berthier serait cette plaine très enclavée qui n'aurait qu'une entrée et... la même sortie par cette entrée, après un kilomètre et demi de parcours entre le dispositif romain de part et d'autre de cette trouée pour des milliers de cavaliers, puis un cul de sac au bout !

C'est détonnant en terme de stratégie de combat !

Bonjour,
Je partage vos incertitudes, et je ne suis pas militaire pour m'engager dans ce débat.
Ce que l'on sait c'est que à part sans doute Versingétorix qui semble avoir au début eu une bonne stratégie militaire si l'on suit le raisonnement des "Berthieriste" pour justifier du choix de l'oppidum de Chaux, les autres chefs gaulois semblaient plutôt agir par le nombre que par la tactique.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Créez Votre Propre Forum
Insérer vos Graphiques
Dictionnaires de Traduction
Hébergé par ForumCrea.com