Alesia Jura

Discutions - Questions-Réponses sur l'hypothèse jurassienne

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Bienvenue sur le Forum du site: alesiajura.fr - Ce forum s'adresse à un large public . C'est un espace de libre expression, dans une certaine limite, celle du respect et de la courtoisie

#1 22-03-2018 08:20:57

Orpin39
Membre

Le goulet de la saine

Le Goulet de la Saine
   Dans le Bulletin n° 10 d’ArchéoJuraSites de mars 2016, André Alix et Francis Robert publient une étude : « LE GOULET DE LA SAINE sur le flanc est du plateau de Chaux-des-Crotenay », page 31. (Disponible auprès de l’association)
   Les premiers repérages que j’ai effectués sur ce secteur m’amènent à poser plusieurs questions et à rajouter quelques observations.

-    Voie Syam – Les planches par la rive gauche de la Saine
   Page 32, il est fait état d’une voie ancienne menant des Combes au Pré Grillet, je suis fort étonné, aucune communication n’a été possible par ce secteur avant le percement de la route touristique Syam – Les Planches à la dynamite dans une falaise surplombant le vide à 30 m de haut.
   Il y a bien depuis un gué aux Combes un passage aménagé permettant de débarder le bois depuis le lit de la Saine, mais il s’arrête sous Côte Chaude, la configuration des lieux ne permettant plus son aménagement.

-    Macéria Edeine-Potier
   Revenons au Pré Grillet : Juste avant l’endroit où le pied de l’oppidum fermait l’accès au Pré Grillet en plongeant dans la Saine – la route touristique des Planches ayant ouvert le passage actuel – une terrasse domine à 12 m de hauteur, nous pouvons y accéder par une entaille visiblement anthropique, et récente (une cinquantaine d’années peut-être) dont les déblais ont été étalés pour une petite partie de l’autre côté de la route, et la majeur partie stockés à l’extrémité est de la terrasse nous y reviendrons.
   Le renforcement de cette terrasse par un mur sur sa bordure nord se voit encore par le gros bourrelet subsistant. Le sondage réalisé par Bernard Edeine en 1971, photos à l’appui, montre bien l’existence d’un mur de gros moellons qui ne pouvait en ce lieu avoir d’utilité agricole.
   Côté ouest, cette terrasse est fermée par un barrage de pierres, restes sans doute d’un mur éboulé (ou démantelé), protégeant contre l’arrivée d’un assaillant ayant pu prendre possession des terrasses courant au flanc nord de l’oppidum.
   L’extrémité Est de cette terrasse est coupée par un mur naturel ; une strate rocheuse relevée, et fortement disloquée dans sa partie gravissant la pente dominante. Ce genre de strates émergeantes est très courant sur l’oppidum. 
   Un gros bourrelet de matériaux rajouté sur l’extrémité Est de la terrasse est très probablement comme je l’écris précédemment le stockage des déblais de la saignée d’accès à la terrasse pour les forestiers.
   Les aménagements de cette terrasse alluviale sont un élément très favorable à la thèse d’André Berthier, cependant, et A. Alix le souligne, elle apparait insignifiante au regard de la narration de la première bataille au début du siège où César décrit la cavalerie gauloise s’écrasant contre la macéria. Il faut donc rechercher ailleurs la dite macéria.

-    Parcelles de Pré Grillet
    Sont étudiés page 35 les murs et fossés des terrasses inférieure et supérieure du bas de Pré Grillet, concordant avec le tracé cadastral qui n’a pas varié entre celui de 1822 et l’actuel, où même la route touristique qui traverse les parcelles ne figure pas.
   Nous avons visité ces lieux, et il m’est évident que fossés et mur ne sont que des ouvrages destinés à marquer les limites de propriétés.
   On peut admettre l’utilisation des terrasses pour le stationnement des troupes gauloises, mais les murs et les fossés n’auraient eu aucune utilité, les abrupts des terrasses assurant une sérieuse protection.

-    Défenses romaines des Lentillères
   Une longue levée de terre en arc de cercle large de 6 à 8 m et longue de 270 à 280 m, bien visible depuis le belvédère de Pré Grillet , est encore considérée comme possible ouvrage défensif romain, l’article en fait état page 35.
   Il m’apparait évident qu’il s’agit d’un aqueduc surélevé pour amener l’eau captée en bas de Côte Chaude au niveau de la Fontaine du Moulinet (source Intermittente) et alimenter le Moulinet, la largeur permettant une relative étanchéité, et la stabilité de l’ouvrage. Une visée au clinomètre m’a permis de constater que le niveau était compatible avec celui de la vanne de distribution à l’entrée sud du terrain.
   Par contre, personne ne fait état de l’existence de deux fossés parallèles accolés au pied de la terrasse des Lentillères (haute de 2,5 m puis 5 m), l’un étant sous les buissons, l’autre en bordure du pré.
   Ces fossés ne peuvent pas avoir été des canaux d’irrigation du fait même de leur emplacement, nous pouvons donc supposer un usage militaire, bien placé en bas des praerupta.
   Les relevés Lidar dont nous devrions avoir connaissance la semaine prochaine nous montrerons certainement ces fossés !

Dernière modification par Orpin39 (23-03-2018 07:24:19)

Hors ligne

 

#2 23-03-2018 16:36:46

Asinus
Membre

Re: Le goulet de la saine

Orpin39 a écrit:

Le Goulet de la Saine
   Dans le Bulletin n° 10 d’ArchéoJuraSites de mars 2016, André Alix et Francis Robert publient une étude : « LE GOULET DE LA SAINE sur le flanc est du plateau de Chaux-des-Crotenay », page 31. (Disponible auprès de l’association)
   Les premiers repérages que j’ai effectués sur ce secteur m’amènent à poser plusieurs questions et à rajouter quelques observations.

-    Voie Syam – Les planches par la rive gauche de la Saine
   Page 32, il est fait état d’une voie ancienne menant des Combes au Pré Grillet, je suis fort étonné, aucune communication n’a été possible par ce secteur avant le percement de la route touristique Syam – Les Planches à la dynamite dans une falaise surplombant le vide à 30 m de haut.
   Il y a bien depuis un gué aux Combes un passage aménagé permettant de débarder le bois depuis le lit de la Saine, mais il s’arrête sous Côte Chaude, la configuration des lieux ne permettant plus son aménagement.

-    Macéria Edeine-Potier
   Revenons au Pré Grillet : Juste avant l’endroit où le pied de l’oppidum fermait l’accès au Pré Grillet en plongeant dans la Saine – la route touristique des Planches ayant ouvert le passage actuel – une terrasse domine à 12 m de hauteur, nous pouvons y accéder par une entaille visiblement anthropique, et récente (une cinquantaine d’années peut-être) dont les déblais ont été étalés pour une petite partie de l’autre côté de la route, et la majeur partie stockés à l’extrémité est de la terrasse nous y reviendrons.
   Le renforcement de cette terrasse par un mur sur sa bordure nord se voit encore par le gros bourrelet subsistant. Le sondage réalisé par Bernard Edeine en 1971, photos à l’appui, montre bien l’existence d’un mur de gros moellons qui ne pouvait en ce lieu avoir d’utilité agricole.
   Côté ouest, cette terrasse est fermée par un barrage de pierres, restes sans doute d’un mur éboulé (ou démantelé), protégeant contre l’arrivée d’un assaillant ayant pu prendre possession des terrasses courant au flanc nord de l’oppidum.
   L’extrémité Est de cette terrasse est coupée par un mur naturel ; une strate rocheuse relevée, et fortement disloquée dans sa partie gravissant la pente dominante. Ce genre de strates émergeantes est très courant sur l’oppidum. 
   Un gros bourrelet de matériaux rajouté sur l’extrémité Est de la terrasse est très probablement comme je l’écris précédemment le stockage des déblais de la saignée d’accès à la terrasse pour les forestiers.
   Les aménagements de cette terrasse alluviale sont un élément très favorable à la thèse d’André Berthier, cependant, et A. Alix le souligne, elle apparait insignifiante au regard de la narration de la première bataille au début du siège où César décrit la cavalerie gauloise s’écrasant contre la macéria. Il faut donc rechercher ailleurs la dite macéria.

-    Parcelles de Pré Grillet
    Sont étudiés page 35 les murs et fossés des terrasses inférieure et supérieure du bas de Pré Grillet, concordant avec le tracé cadastral qui n’a pas varié entre celui de 1822 et l’actuel, où même la route touristique qui traverse les parcelles ne figure pas.
   Nous avons visité ces lieux, et il m’est évident que fossés et mur ne sont que des ouvrages destinés à marquer les limites de propriétés.
   On peut admettre l’utilisation des terrasses pour le stationnement des troupes gauloises, mais les murs et les fossés n’auraient eu aucune utilité, les abrupts des terrasses assurant une sérieuse protection.

-    Défenses romaines des Lentillères
   Une longue levée de terre en arc de cercle large de 6 à 8 m et longue de 270 à 280 m, bien visible depuis le belvédère de Pré Grillet , est encore considérée comme possible ouvrage défensif romain, l’article en fait état page 35.
   Il m’apparait évident qu’il s’agit d’un aqueduc surélevé pour amener l’eau captée en bas de Côte Chaude au niveau de la Fontaine du Moulinet (source Intermittente) et alimenter le Moulinet, la largeur permettant une relative étanchéité, et la stabilité de l’ouvrage. Une visée au clinomètre m’a permis de constater que le niveau était compatible avec celui de la vanne de distribution à l’entrée sud du terrain.
   Par contre, personne ne fait état de l’existence de deux fossés parallèles accolés au pied de la terrasse des Lentillères (haute de 2,5 m puis 5 m), l’un étant sous les buissons, l’autre en bordure du pré.
   Ces fossés ne peuvent pas avoir été des canaux d’irrigation du fait même de leur emplacement, nous pouvons donc supposer un usage militaire, bien placé en bas des praerupta.
   Les relevés Lidar dont nous devrions avoir connaissance la semaine prochaine nous montrerons certainement ces fossés !

Vous avez l'avantage de bien connaître les lieux de Chaux ce qui me manque, mais peut-être y ferai-je un tour de plusieurs jours aux beaux jours- il me faudrait une bonne semaine déjà - pour revoir ce que j'ai vu et surtout voir ce que je n'ai pas vu. Au moins quelques endroits qui m'intéressent en particulier. Hélas je ne pourrai pas rester plusieurs mois, et il me faudra revoir Guillon, Alaise et Salins. !

Je me suis récemment demandé si le fossé de 6 m n'avait pas été mis en eau et quel que soient les différents sites. Celui proposé à Chaux est proche des deux cours d'eau, sous les Gyts. S'il rejoignait ces cours d'eau, la Saine se déversait alors dans la Lemme au détriment de son lit naturel passant plus haut. Je comprend mal l'intérêt. Si ce fossé de 6 m est resté sec, il devait s'arrêter assez loin des deux cours d'eau, ce qui offrait deux passages aux Gaulois. Il y avait l'agger plus haut, mais bref, ce n'est pas facile pour vous non plus, apparemment. Et j'avais déjà vu la proximité avec la pointe de l'oppidum.  C'est vraiment près.

Dernière modification par Asinus (28-03-2018 11:08:51)

Hors ligne

 

#3 27-03-2018 09:47:14

Orpin39
Membre

Re: Le goulet de la saine

Asinus a écrit:

Je me suis récemment demandé si le fossé de 6 m n'avait pas été mis en eau et quel que soit les différents sites. Celui proposé à Chaux est proche des deux cours d'eau, sous les Gyts. S'il rejoignait ces cours d'eau, la Saine se déversait alors dans la Lemme au détriment de son lit naturel passant plus haut. Je comprend mal l'intérêt. Si ce fossé de 6 m est resté sec, il devait s'arrêter assez loin des deux cours d'eau, ce qui offrait deux passages aux Gaulois. Il y avait l'agger plus haut, mais bref, ce n'est pas facile pour vous non plus, apparemment. Et j'avais déjà vu la proximité avec la pointe de l'oppidum.  C'est vraiment près.

En admettant qu'il y ait eu un fossé de 6 m, on peut penser qu'il a été rebouché tout naturellement par les crues.
   Une tranchée de sondage réalisée dans le sens nord-sud plus vers l'est, longue de 230 m, d'azimute 150°nord, profonde de 1,50 à 3 m a recoupé un fossé éboulé au départ, c'est à dire directement au pied des Gits de Syam. Sa largeur en surface est de 11 m, (ce qui peut résulter d'un éboulement de ses bords). Il a été trouvé au fond de la fouille des morceaux de bois de 15 à 30 cm de diamètre. La fouille au droit du fossé a été arrêtée à 1 m 20 de profondeur à cause du niveau phréatique. Il est possible que celui-ci, ait été plus bas autrefois.
   Ce fossé se trouve dans le prolongement de celui entre le chatelet et le bas des Gits.

Dans l'hypothèse Berthier, le camp de César se trouvait sur la terrasse où est le village de Syam, défendu par la bordure naturelle , et au sud entre cette terrasse et la Saine était le camp retranché romain. La Saine (et la Lemme côté ouest) lui servant de limite, la contrevallation était au-delà, au Chaibatalet. Ceci explique alors l'emplacement du fossé de 20 pieds au pied des Gits.

   Jusqu'à il y a peu, je considérais comme difficilement admis le fait que les romains aient pu creuser un fossé sous le tir rapproché des gaulois positionnés sur la première terrasse en bas des Gits de Syam, mais ma visite de la terrasse fermant l'accès au Pré Grillet (terrasse Edeine-Potier que je décris le 23 mars) m'incline à penser que si cette terrasse était protégée par un mur côté nord, cela peut signifier que les autres terrasses garnissant la base nord des Gits n'étaient pas occupées.
   En effet, était-il nécessaire de disposer des effectifs au pied des Gits que dominent des falaises, auxquels les romains ne pouvaient donner l'assaut ? Seuls devaient être protégés le sentier des Gits menant aux Perchettes, et l'accès en rive droite de la Lemme.
   Les terrasses des Gits pouvaient toutefois servir à disposer les troupes préalablement à un assaut en ligne contre la contrevallation, la sortie de Pré Grillet étant de trop faible largeur. Ceci n'est qu'une hypothèse, sur laquelle je travaillerai cet automne afin d'éclaircir certains points.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Créez Votre Propre Forum
Insérer vos Graphiques
Dictionnaires de Traduction
Hébergé par ForumCrea.com